Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 20:25

 

Farinet_01.jpg

Qui était Farinet ?

 

Contrebandier, habile faux-monnayeur, menteur devant les tribunaux, ami de la liberté, beau jeune homme, Farinet poursuivi pendant 10 ans par la police avait cherché asile à Saillon, et c'est là qu'il a sa tombe, au pied du clocher.

 Joseph-Samuel Farinet naquit en 1845 dans la commune de St-Rhémy-en-Bosses dans la vallée d'Aoste. En 1869, il est condamné par contumace à 18 mois pour vols à Aoste. En 1871, effondrement de la Banque cantonale valaisanne, il est arrêté à Martigny-Bourg et condamné pour fabrication de fausse monnaie à 4 ans de prison.

 

Après plusieurs évasions, la police le traque. Le 17 avril 1880, on découvre son corps au bas des gorges de la Salentze (rivière que sort de la montagne vers Leytron.) Selon la rumeur, une balle des policiers l'a tué. En sa faveur, il y a l'oeuvre de Ramuz et d'autres poètes, une vigne, des vitraux, une rose... (source : www.saillon.ch) 


 

DSC08302j

 

On accède à la passerelle  par le village de Leytron ou  par le village médiéval de Saillon.

Une préférence pour le sentier qui part de Saillon, qui   offre  une remarquable vue sur le donjon Bayart.

Sans grande difficulté, l'ascension s'effectue en grande majorité en passant par les vignes. Compter environ 1 h depuis le village médiéval pour accéder à la passerelle.

Là-haut, la vue sur la vallée et les gorges est époustouflante.

 

 

 

 

 

 

 

DSC08298

 

DSC08305.JPG

Construite en 2001 la passerelle à Farinet surplombe la Salentze d'une hauteur de 136 mètres pour une longueur de 97 mètres En 2003 la passerelle à Farinet est complétée par l'inauguration de la Colombe de la Paix dessinée par Hans Erni  .

 

 

DSC08295.JPG

 

DSC08296j.jpg

 

DSC08313j.jpg

 

La passerelle vue des "Bains de Saillon"

 

DSC06173j

 

La tour de Saillon

 

 

 

Cette tour a été le théâtre d’un drame qui donnera peut-être encore des frissons dans le dos du visiteur. On est au printemps 1301, Guigonne de Saillon a 19 ans et on dit que c’est la plus belle fille de la vallée. Elle tombe amoureuse du comte Anselme de Saxon, ennemi juré de l’évêque de Sion. Le mariage des deux tourtereaux est proche.

Mais avant de convoler en justes noces, Anselme promet de faire la peau de l’évêque, dont la tyrannie le mine. Il monte à Sion. Malheureusement pour lui, un traître vend la mèche et avertit l’évêque. Ce dernier, mis au courant du complot, capture Anselme et le décapite sur la place publique.

Apprenant la nouvelle, Guigonne de Saillon sombre dans un éternel désespoir. La vie n’a plus de sens pour elle sans son Anselme. Par une nuit d’encre, elle monte au sommet de la Tour Bayart et s’élance dans le vide. On retrouvera son corps en sang dans les rochers.

Longtemps dans la châtellenie, on chanta la complainte de Guigonne, qu'on entendait chaque soir sangloter dans les roseaux bordant le Rhône. Aujourd’hui encore, certains soirs sans lune, le fantôme de la pauvre Guigonne hante le donjon Bayart... "

source : site communal officiel de Saillon 

 

DSC08284.JPG

Repost 0
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 22:00

DSC08029


Zinal, (Valais Suisse)

Genève, Lausanne, Sion, Sierre, la route se laisse glisser au fil des sommets et du lac qui la borde.
Puis c'est le Val d'Anniviers, et ses lacets, accrochés à flan de montagne, parsemés de cailloux plus ou moins gros. La traversée de Vissoie, l'ancienne cité Episcopale nous séduit par son architecture médiévale.
Puis, progessivement un panorama étonnant se dévoile pour aboutir sur les sommets culminants dont le Weisshorn (4e plus haut sommet d'Europe 4506 m) de la Couronne Impériale .

Ici, la route s'achève, on est Zinal à 1670 M


Zinal est notre point de départ pour une randonnée jusqu'au glacier, situé à deux heures et demi de là.

Il ne fait pas trop froid ce matin. Le petit -5° est bien doux par rapport aux -15° de la semaine précédente. Et le ciel semblerait être clair. On nous annonce pourtant de la neige jusqu’à midi. Nous n’osons présager que nous pourrions avoir beau temps. Pourtant, les sommets commencent à s’illuminer. Devant l’office du tourisme, deux personnes attendent. Ils feront, eux aussi la rando.  Une jeune femme de nationalité Belge tente l’aventure des raquettes pour la seconde fois. Un éducateur, résidant à Sion, dans la Vallée du Rhône (Suisse), vient passer un stage d’accompagnateur. Avec notre guide, Stéphane Albasini, le « découvreur » de la grotte du glacier, nous serons donc cinq.

DSC08041








Les raquettes attachées à notre sac à dos, nous poursuivons sur quelques centaines de mètres la route qui se termine en cul de sac. Puis, prenons sur la droite la piste de ski de fonds, qui est fermé ce jour là pour cause d’avalanches. Notre guide nous rassure. Il est en contact permanent avec des pisteurs situés plus haut.















DSC08047




Devant nous la vallée se resserre et prend la forme d’un grand V. Ses bords abrupts laissent échapper de-ci, de-là des cascades bleutés où  notre guide, initie occasionnellement quelques néophytes à l’escalade de glace.



Un arrêt pour chausser les raquettes, et découvrir au-dessus de nous, bouquetins et chamois, que l’œil averti de notre guide ne peut laisser inaperçu.




























DSC08058.JPG







Nous passons une passerelle  peu sécurisée, par la hauteur de neige  qui la recouvre et continuons sur la gauche du torrent inondée de soleil.

Et puis, le voilà, là-bas au loin, écrin bleuté recouvert de neige, enserré dans son vallon. Le fameux glacier de Zinal. la marche se fait rapide, dans la hâte de la découverte du diamant. Mais une demi-heure sera nécessaire pour l’atteindre !
















DSC08061.JPGLe glacier de Zianal : 2000 m.














Devant nous un mur de cristal !




















Plus loin, s’ouvre une large ouverture. La grotte du glacier de Zinal donne accès ses  entrailles. Elle sera notre abri pour un rapide pique-nique.  Sachant ménager les surprises,  notre guide nous enjoint de le suivre pour ramper entre pierres et rivière, et franchir d’étroites lames de glace. Moyennant quelques contorsions, dont un grand écart, nous découvrons  une caverne bleuté, à la douce température. Environ 6°. Le sol est sec. Nous découvrons la pureté de la glace renfermant des milliers de petites bulles d’air et d’autres phénomènes étranges, comme ces pierres qui dirait-on, absorbent par capillarité l’eau du torrent.  Comme des enfants, nous sommes tous fascinés

.DSC08068.JPG

DSC08075DSC08076.JPG

































DSC08095DSC08118j









DSC08120.JPG
Repost 0

Profil

  • Jo.
  • Une passion en images, quelques mots, quelques histoires, une balade, une rando...d'une comtoise exilée en Haute-Savoie.
  • Une passion en images, quelques mots, quelques histoires, une balade, une rando...d'une comtoise exilée en Haute-Savoie.

Il y a actuellement  

  personne(s) sur ce blog

Archives

Pages